29 avril 2012

Pierre Stolze est grand


Toujours à zone franche, j’ai eu la chance de rencontrer Pierre Stolze. Fan absolu depuis « Marilyn Monroe et les samouraïs du père Noël » que j’ai lu il y a plus de 20 ans, je lui explique que ma grande frustration était de ne pas avoir le dernier titre de sa trilogie « Marlène Dietrich et les bretelles du père éternel ». « Il doit m’en rester chez moi, me dit-il, donnes moi ton adresse et je te l’envoie ». Ni une, ni deux, je dégaine mon stylo et, tremblant d’excitation, je m’exécute. Une semaine après, le colis arrivait. Une fois remis de mes émotions, je m’attaquais à une lettre de remerciements dont voici quelques extraits :
« Vous êtes un grand, que dis-je ! Vous êtes un géant. Vous n’imaginez à quel point votre colis a illuminé ma soirée »
« Vous étiez déjà dans mon quinté des auteurs que je recommande chaudement […] vous êtes maintenant dans mon panthéon personnel »
« Maintenant, cessez de lire cette lettre et remettez-vous au TRAVAIL ! »
Pour en revenir à Bagneux, et pour répondre à la question bateau « comment arrive t-on à la SF », il m’a expliqué que la première année d’ENS sert surtout à se reposer du concours et qu’il a alors découvert la SF avec « Le monde des A » de A. E. Van Vogt et qu’il s’en est alors mangé plus de 200 livres. Sa vocation était né.
A propos de Marilyn Monroe, il m’a raconté avoir rencontré une femme l’ayant lu dans sa jeunesse et qui l’avait donné à son fils. Ce bouquin est devenu un témoin générationnel.
Petite anecdote à propos de Marlène Dietrich (le livre, pas l’actrice) : il devait s’appeler « Brigitte Bardot et … » pour faire une série MMO (Marylin Monroe), GGO (Greta Garbo) et BBO mais comme l’actrice est encore vivante cela risquait de poser des problèmes.
S’en est suivi une discussion surréaliste sur les paradoxes et les tranches napolitaines à laquelle j’ai modestement contribué « le paradoxe avec les tranches napolitaines, c’est qu’on les trouve surtout dans les restaurants chinois ».
Ma nouvelle frustration est que, de tout ce qu’il a écrit en SF (ou pour la jeunesse), il ne me manque plus que « Intrusions » (messages aux lecteurs généreux de ce blog…)
Décidément, Pierre Stolze est grand !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire